7/03/2001
art mécanik
hurle
motels murder
xia

 

CHANG KAI CHEK...

Vendredi soir, 21h30, Chang Kai Chek Memorial Hall. Vestige d'un passé révolu, cette immense place vide au milieu de Taipei nous rappelle à chaque fois qu'on la voit la venue de Chank Kai Chek à Taiwan en 1949, après la défaite en chine du Guomindang contre les communistes. Les deux immenses bâtiments de la place se font face comme deux solitudes oubliées dans le tourment d'une ville dont les habitants y vivent à cent à l'heure, n'y jetant qu'un regard furtif une fois de temps en temps. Pourtant, tout autour des passerelles de ces deux édifices se rassemblent chaque soir bon nombre de danseurs, athlètes, chanteurs et musiciens à la recherche d'un coin tranquille pour s'adonner à leur art respectif: De la danse sociale au Street Dance, du taiqi à l'opera de Pekin, tous s'y donnent à fond durant ces quelques heures que leur offrent ces deux solitudes, ravies de partager un peu de leur espace. C’est lors d'une balade sur les passerelles que j'ai rencontré Lin Ren Jie et Ling Zi Wen, et que j'ai décidé de vous les faire connaître puisqu'ils représentent très bien, à mon avis, cette jeunesse taiwanaise qui se cherche une identité autre, tout à fait différente de ce que la société peut et veut leur imposer, que ce soit dans la musique, la danse, la gestuelle, une attitude cool! he man! what's up? Les voici donc, deux jeunes supers et sympathiques malheureusement pas très bavards mais qui se sont quand même prêtés au jeu du reportage, et surtout, au jeu des photos pour les lecteurs des chinoiseries!

Voici, Lin Ren Jie, 19 ans. Diplomé du Film Institute de Hsindian il y a un an et demi.
Sa passion: le hip hop
Ses amis: lui ont parlé d'un nouveau style de danse, cool! et il est venu au Memorial Hall pour voir les "pros" se pratiquer. il n'a jamais pris de cours. Il vient ici à tous les mardis et vendredi soirs pour pratiquer avec les copains. on amène son ghetto et on s'éclate!
Ses buts: il voudrait bien faire des shows, faire ça professionnellement un jour. Mais il faut faire attention quand même. On se blesse facilement et après "t'es faites, tu peux plus rien faire"!
Voici, Ling Zi Wen, 18 ans. Il a arrêté l'école et ne rêve que de faire des shows. Il en déjà fait ici au Chang Kai Chek, dehors.
Sa passion: le street danse, hip hop. Surtout la musique des Etats-Unis. Il ne se rappelle plus du nom des groupes, il sait pas trop ce qu’ils chantent mais le beat est bon. C’est ça qui compte.
Sécurité: il se protège au max, c'est un investissement. Quand tu veux faire ça dans la vie, t'as pas le choix: poignet, casque, coude, etc.

 


 

Et voilà. Clin d'oeil rapide sur Taiwan!


Xia ge libai jian !
A la semaine prochaine !
chinoiseries@lecabinet.com