28/11/2000

     

 

 

 

Des commentaires ???
motelmurders lecabinet.com

21 novembre
Les flocons technicolors sont tous identiques. 2ième partie

14 novembre
Les flocons technicolors sont tous identiques. 1ere partie

7 novembre
Diaspodiaspora suite et fin

1 novembre
Diaspodiaspora 7ieme partie

25 octobre
Diaspodiaspora 6ieme partie

17 octobre
Diaspodiaspora 5ieme partie

11 octobre
Diaspodiaspora 4ieme partie

3 octobre
Diaspodiaspora 3ieme partie

26 septembre
Diaspodiaspora 2ieme partie

19 septembre
Diapodiaspora 1ere partie

12 septembre
La musique continue

5 septembre
Janvier Kino

29 août
Photoshoot

21 août
Le roi est mort. Vive le roi. À mort la mort.

14 août
Les chainstores de l'engagement

8 août
la nuit d'amour de Osaka Habibi

Love 31 juillet
Loch Ness

24 juillet
Low Tide, Colgate, Coca-Cola

17 juillet
Sexy spirit gum

12 juillet
L'abri.

4 juillet 2000
Les chainstores de l'engagement

26 juin 2000
Spiritual makeup

19 juin 2000
Je me souviens.

12 juin 2000
Motel Murders part 1

6 juin 2000
Babel des Troubles y de Santa Sangre.

25 mai 2000
IS EVERY ONE CONFORTABLE ?

 






Les flocons technicolors sont tous identiques.

3ième semaine.

La semaine dernière, Walt Disney a eu peur.
Il s'est lové dans le souvenir flou de son amour pré-Jihad de Peter Pan.

Scène 4.

Walt est de retour dans son lit d'hôpital. Il semble habiter là. Dans le coin blanc de la chambre blanche, sur le plancher de tuiles blanches et cirées, un clochard. Il cloche définitivement.

Walt Disney : Veux-tu être mon cancer ?

L'inconnu : Je ne sais pas. Non. Je ne crois pas. Je n'ai pas la multiplication des pains ni la mutilation des poings.

Walt Disney : Si tu es du 20ième siècle, comment as-tu survécu ?

L'inconnu : Comme toi. Je suis mort de froid.

Walt Disney : Moi, je me suis congelé pour contrer la mort. Peut-être sommes-nous mort ?

L'inconnu : Je suis mort de froid, sur un banc. Je n'ai même pas d'amulettes de soldat qui me dirait mon nom et mon régiment. Je ne me souviens de rien. Je n'ai sûrement rien à me souvenir.

Walt Disney : As-tu aimé ?

L'inconnu : Je ne sais pas. Oui. Peut-être. Je ne sais pas. Sûrement pas. Je suis seul maintenant et je me regarde.

Walt Disney : Le regard est une épidémie.

L'inconnu : Je vois même dans le noir.

Walt Disney : Regarde au loin.

L'inconnu : Je t'y vois. Partout je t'y vois. Toi et ta famille. (Il crache).

Walt Disney : Ma famille s'est avérée être un somnifère interplanétaire. Leurs baisers de bonne nuit, un anastésiant. Ils veulent que je trouve des solgans pour mettre du technicolor à leurs génocides. Mes 24 images me gèlent le cœur plus que l'azote qui m'a gelé le corps. Tu as de l'encre au doigt.

L'inconnu : J'aimerais bien être aimé moi aussi.

Walt Disney : Sois mon cancer et je t'aimerai.

À cet instant, on entend une discussion qui approche. Hiro-Hito Junior discute de l'Égypte de Pharaons avec des acolytes. L'inconnu se cache rapidement sous le lit de Disney. Il y restera comme une honte silencieuse jusqu'à la fin du spectacle. Peu à peu, il retournera vers l'homme de néanderthal. C'est le chaînon manquant. Disney le nourrira comme une souris clandestine

La rage prendra-t-elle le dessus comme une épidémie ?
C'est ce que nous verrons la semaine prochaine
pour la suite des aventures de Walt au royaume clinique de la solitude.

Même poste, même heure.

 

 

 

 

 

 

 
 

 

 

 

  Des commentaires ???
motelmurders lecabinet.com